page d'accueil
téléphone: +49 7242 9535133

Evaluation de l'état des pièces d'investissement

Les pièces d'investissement en métaux précieux sont comme une monnaie et donc, on peut comparer l'état d'une pièce d'investissement à l'état d'un billet de banque. Si un billet vient directement de l'imprimerie nationale, il a la même valeur qu'un billet qui a déjà passé par beaucoup de mains, de caisses et de porte-monnaies. Il n'est démonétisé que s'il est fortement usé ou abîmé. L'avantage d'une pièce d'investissement en métaux précieux par rapport à un billet de banque réside dans le fait qu'une pièce en or, argent, platine ou palladium toujours garde sa valeur interne du matériel élevée. Une pièce d'investissement qui n'est plus apte au commerce est juste fondue et recyclée.

Pendant le rachat des pièces d'investissement, on fait seulement la distinction si la pièce est toujours apte au commerce, voire si elle peut revendue à un investisseur de métaux précieux après une vérification, ou si son état est si mauvais que pas d'acheteur ne l'accepterait plus et qu'elle doit être classée comme produit pour la fusion. Ainsi, les prix d'achat pour les pièces qui sont aptes au commerce se distinguent du prix de fusion.

 

 

Exigences minimales concernant l'état des pièces aptes au commerce

Une pièce d'investissement est apte au commerce, si :

  • elle n'a pas d'égratignures profondes
  • elle n'a pas de dégâts du bord inacceptables
  • elle ne présente pas d'atteintes optiques graves
  • les diemensions, le poids et la teneur sont corrects

Ils sont tolérés:

  • les empreinte digitales (peuvent être éliminées par un bain de dégraissage)
  • de très petites égratignures / traces de contact
  • de très petites défaillances du bord
  • si la pièce est oxydée (la formation de patine est courante pour les pièces en argent)

Une pièce d'investissement est un produit pour la fusion, si :

  • elle a des égratignures profondes
  • elle est abîmée
  • elle présente des atteintes du bord / creux causés par des chutes
  • elle présente des traces causées par une sertissure de bijoux pour pièces
  • la surface et/ou le bord ont rétrospectivement été polis
  • elle est tordue
  • elle présente des traces d'abrasion / elle a été limée
  • il y a des des différends concernant le poids
  • il y a des différentds concernant la teneur
  • il s'agit d'une contrefaçon

 

La question de savoir quelle est la sensibilité d'une pièce à l'égard des dégâts dépend principalement de 3 facteurs :

  1. Du métal précieux ou de l'alliage de pièce utilisé. Les pièces en argent, en platine ou en palladium sont généralement très robustes à cause de la dureté de matériel du métal numismatique. Cependant, les pièces en or fin sont très douces et donc, elles peuvent être égratignées par un maniement inapproprié. Pour cette raison, quelques hôtels des monnaies n'utilisent pas de l'or fin pur, mais en ajoutent quelques % de métaux plus durs comme du cuivre ou de l'argent. Une pièce de Krugerrand est donc beaucoup plus sensible qu'une pièce de Maple Leaf.
  2. De la surface de pièce frappée. Plus de surface a été recouverte avec une image ou un texte de manière créatrice par un graveur, moins sensible est la surface de la pièce. De grandes surfaces libres peuvent facilement être abîmées par des égratignures et donner une optique disgraciée à la piéce. Un bon exemple est la comparaison d'une pièce en or montrant les Philharmoniques de Vienne à une pièce en or de Maple Leaf. La pièce de Maple Leaf est beaucoup plus sensible, bien qu'il s'agit des pièces en or fin dans les deux cas. Les pièces dans la version de collection « Belle Epreuve » sont particulièrement sensible.
  3. Du procédé de frappage. Plus élevée pression avec laquelle la pièce est frappée, moins sensible elle est plus tard à cause de la densification du métal précieux.

 


 

Exemples extrêmes